:::::Louis Chédid Entre soupirs et poésie... Biographie

Clic vers le superbe site de Lilly ! !
Photos reproduites avec l'aimable autorisation de Lilly.
Cliquez sur l'image pour visiter son superbe site : http://www.lillynet.com

Il fait partie de nos artistes les plus discrets. Et pourtant, Louis Chédid est extrêmement présent dans le paysage musical français : de Ainsi soit-il au Cha-cha de l’insécurité, en passant par T’as beau pas être beau, Anne ma sœur Anne ou Ces mots sont pour toi, la plupart de ses chansons font partie de notre patrimoine. Fils de l’écrivain Andrée Chédid et père du non moins célèbre M (Mathieu Chédid), Louis s’épanouit parfaitement entre l’intimité de l’écriture et l’exposition médiatique de la musique. Un savant équilibre qui ressemble à la sagesse.


Chédid, à la croisée des cultures, naît à Ismaïlia en Egypte, le 31 décembre 1947, et ne sera déclaré que le lendemain, le 1er janvier 1948. Comme si inconsciemment, il lui fallait déjà vivre entre deux époques. A six mois, il vit son premier exil et se retrouve à Paris avec ses parents et sa sœur aînée Michelle. Entre un père scientifique et une mère écrivain et poétesse, il est normal que s’exacerbe la sensibilité du jeune Louis. Très tôt, vers l’âge de six ans, il vit son premier choc musical à la Salle Pleyel. Son éducation dans une école religieuse est stricte, et Louis trouve dans la musique et le chant une évasion salutaire. Adolescent, il se lance avec frénésie dans l’art sous toutes ses formes : la musique bien sûr, sur la vieille guitare de son père, mais aussi la lecture, le cinéma, l’écriture et la peinture.

C’est le cinéma qui va tout d’abord captiver son attention. Le bac en poche en 1968, et malgré ses premiers essais musicaux dans des groupes de copains, Louis quitte Paris pour la Belgique, Bruxelles, et intègre pendant deux ans une école de cinéma. Il en sort monteur et rejoint Paris où il travaille pour la firme Gaumont. Mais à vingt-deux ans, jeune papa d’Emilie puis de Mathieu (en décembre 1972), il retrouve ses premières amours et écrit quelques chansons qu’il enregistre sur un vieux magnéto. François Bernheim, de la firme Barclay, est de suite séduit par ses chansons drôles et inattendues. Il lui permet d’enregistrer son premier album Balbutiements en 1973, puis dès 1974, un double album porté par le titre phare Nous sommes des clowns. Ce morceau résume la philosophie de Chédid : l’ironie amère sur notre condition humaine et la lutte contre les inégalités sociales. Un coup de canif aux conventions, avec un large sourire pour accompagner la morale de ses chansons.


Photo Lillynet
(cliquez sur l'image pour visiter son site)

Mais le succès n’est pas encore au rendez-vous. Pour nourrir sa famille, Louis compose de nombreuses musiques de pubs. Il faut attendre 1977 pour que le chanteur fasse la première partie de Nicole Croisille à l’Olympia, et l’année suivante pour qu’il s’impose avec son tube T’as beau pas être beau. D’années en années, Chédid peaufine son style comico-social : Egomane, Cocôtiers-bananiers, et surtout Ainsi soit-il cartonnent dans tous les hits-parades. Puis Anne ma sœur Anne ou Le cha-cha de l’insécurité mettent en valeur la qualité d’écriture du chanteur. Des textes dans lesquels il dénonce l’injustice, la violence ou la pauvreté, avec une pointe d’ironie amère. Un style très proche finalement d’un Souchon, pour lequel Chédid co-écrit Banale song et trois autres titres en 1986.

Côté cœur, l’artiste agrandit sa famille puisque naissent en 86 et 87 Joseph et Anna, ses deux derniers enfants. A un rythme très régulier, Chédid construit son œuvre, sans trahir ses convictions ni ses émotions (Bizar, Zap-Zap, Ces mots sont pour toi, Répondez-moi …). Etrangement, et ce malgré la reconnaissance du public et de la profession, l’artiste a tendance peu à peu à s’éloigner des médias. La quarantaine passée, il traverse une période qu’il qualifie lui-même de difficile et sombre. Ses créations s’en ressentent, qui éloignent un certain public, malgré des albums d’une grande qualité poétique et musicale. Mais Chédid donne alors l’image d’un mélancolique vieillissant et mal dans sa peau, image que le succès de son fils Mathieu, sous le pseudo de M, vient malgré eux confirmer. En effet, M joue dans un tout autre registre et développe dès 1997 un rock baroque et coloré (Machistador, Le complexe du Corn-Flakes,…), aux antipodes, en apparence, de la sagesse mélancolique et à fleur de peau de son père.

Enfin, Chédid père sort en 2001 l’album de la renaissance, Bouc-bel-air, du nom du village provençal où il aime se retirer. Plus optimiste, plus gai, sans pour autant abandonner l’ironie réaliste de ses textes, cet opus relance la carrière et le moral du chanteur.

A 55 ans, Louis Chédid suit son parcours avec une régularité et une fidélité que beaucoup lui envient. Auteur plein de poésie et de réalisme mordant, il sème au fil des décennies, de petits bijoux de sagesse et de musicalité (T’as beau pas être beau, Hold-Up, Anne ma sœur Anne, Egomane, …) Apprécié, repris, honoré (ses titres figurent dans des dizaines de compilations, Les Enfoirés reprennent sur scène T’as beau pas être beau,…) , mais jamais imité, Chédid revient sur le devant de la scène en ce début de millénaire et s’offre une seconde jeunesse.

© Petit dictionnaire... mai 2003 SeB


Merci à Lilly pour ses photos de Louis Chédid....